Lettre ouverte de Denis Baupin

 

 

Chers amis et camarades avec lesquels j’œuvre depuis tant d’années,

 

Depuis le 9 mai dernier, je fais l’objet d’accusations ignobles, humiliantes et dégradantes. Ces accusations ont été diffusées et relayées par des médias, sans que la moindre preuve soit apportée, sans que des vérifications élémentaires aient été effectuées, sans respect de la présomption d’innocence ni du contradictoire.

Je l’ai dit et répété depuis le premier jour, je suis innocent. Je n’ai exercé ni violence physique, ni morale, ni harcèlement, ni contrainte, ni menace, rien qui justifie le lynchage dont j’ai été l’objet.

J’ai fourni aux enquêteurs les preuves de mon innocence. J’ai remis spontanément à la police mon téléphone portable comprenant de très nombreux sms qui confirment mes dires, ainsi que de nombreux mails. J’attends aujourd’hui, avec sérénité, les conclusions de cette enquête. J’espère désormais que le parquet fera connaître sa décision rapidement.

Pour autant je suis obligé de constater que ceux qui voulaient salir mon image ont partiellement atteint leur but. Or, se présenter au suffrage universel, passer ce pacte de confiance avec les électeurs, ne peut souffrir d’avoir une image ainsi brouillée. Je ne veux en aucune façon que les électeurs se sentent pris en otage de règlements de comptes dont ils n’ont pas les éléments. J’accorde bien trop de valeur à mes combats – les vrais, ceux qui valent le coup – pour les laisser souiller par ceux qui ne cherchent que cela.

C’est pourquoi, de même que j’avais fait le choix dès le 9 mai de démissionner de mon poste de Vice-Président de l’Assemblée Nationale, pour ne pas nuire à cette institution que je respecte profondément, j’ai décidé de ne pas être candidat aux élections législatives de 2017. J’ai pris cette décision avec regret car me battre pour mes idées est toute ma vie.

Pour autant, je n’arrête pas la politique. L’épreuve que je traverse a été douloureuse et le restera tant que Justice ne me sera pas rendue, mais je ne vais rien lâcher de ce à quoi j’ai voué ma vie. Je vais achever le mandat pour lequel j’ai été élu, au service des électeurs et électrices de ma circonscription auxquels j’expliquerai mes choix, et je verrai ultérieurement comment être le plus utile. L’action pour la transition écologique réelle peut prendre de très nombreuses voies.

Je ne saurais trop vous remercier de votre amitié, votre confiance et votre soutien tout au long de ces années.

Bien amicalement,

Denis Baupin

 

Remonter