Chute du générateur de vapeur à la centrale nucléaire Paluel 2 : EDF et l’ASN doivent faire la lumière sur les nombreuses questions en suspens

Communiqué de presse de Denis Baupin du 1/04/2016

 Lors d’une opération de maintenance liée à la 3e visite décennale de la centrale de Paluel et à l’opération dite de «  grand carénage », un générateur de vapeur usé, pièce de plus de 400 tonnes et de 22 mètres dans laquelle circule de l’eau radioactive, a chuté de l’engin de levage qui le manipulait dans le bâtiment réacteur.  Une personne a été blessée lors de cet accident et deux autres ont été évacuées, choquées, vers les services médicaux.

L’Autorité de Sûreté Nucléaire a rendu publiques  aujourd’hui quelques informations sur cet accident et ses suites.

Pour Denis Baupin, vice-président de l’Assemblée nationale, « un grand nombre de questions reste cependant sans réponse à l’heure actuelle » :

  • Pourquoi la chute a-t-elle eu lieu ? Quelles erreurs sont intervenues lors de la manutention d’un tel composant aussi sensible ?
  • Les personnels ayant opéré ces manutentions avaient-ils les qualifications ? S’agissait-il de sous-traitants ou de salariés d’EDF ?
  • Le radier du réacteur a-t-il été endommagé ? Quel en est l’impact sur la sûreté potentielle du réacteur ?
  • Y a-t-il eu dispersion de matières radioactives provenant du générateur de vapeur dans l’enceinte ou à l’extérieur du bâtiment ? Quels en sont les impacts ?
  • Quel est le coût de cet accident ?
  • Quel est son impact sur le calendrier des travaux à Paluel 2 ?
  • Quels enseignements et quels impacts sur le calendrier pour les autres visites décennales prévues dans les mois et années à venir pour les réacteurs de 1300 MW ?

Pour Denis Baupin, « même s’il est trop tôt pour tirer les enseignements de cet accident, il nous renvoie forcément aux interrogations posées par de nombreux experts sur la capacité réelle d’EDF à mener l’énorme chantier industriel du Grand Carénage, sur le trop grand nombre de tâches confiées à des sous-traitants, et la multiplication des incidents organisationnels et humains lors des opérations de maintenance. La maintenance est un facteur essentiel de la sûreté nucléaire. De nombreux incidents résultent de maintenances mal effectuées. EDF et l’ASN doivent faire toute la lumière sur l’accident de Paluel, pour que tous les enseignements puissent en être tirés. »

 

Photo : Centrale de Paluel par Bodoklecksel. Licence creative commons. Wikimedias

 

Remonter