A l'Assemblée

Publié le 14 mai, 2014

0

Denis Baupin remet à Ségolène Royal son rapport sur les nouvelles mobilités

Mardi 13 mai 2014, Denis Baupin a remis officiellement à Ségolène Royal, ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie son rapport consacré aux « Nouvelles mobilités sereines et durables: concevoir et utiliser des véhicules écologiques », rapport co-écrit avec Fabienne Keller, sénatrice, dans le cadre de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques. L’occasion pour Denis Baupin de présenter à la ministre  les grands axes de préconisation sur les nouvelles mobilités et de rappeler que la mobilité est un axe essentiel de la transition énergétique.

Accédez au rapport intégral

Accédez à la synthèse du rapport

Ou pour aller à l’essentiel, retrouvez ci-dessous une interview de Denis Baupin à ce sujet….

 5 questions à Denis Baupin

Pourquoi ce rapport et comment a-t-il été écrit ?

La filière automobile est aujourd’hui confrontée à des mutations majeures qui n’ont pas toutes été anticipées. Les conséquences en sont tangibles tant pour les salariés de cette filière menacés par des plans sociaux massifs que pour les clients qui voient leurs dépenses d’entretien et de carburant amputer leur pouvoir d’achat. Le secteur est également au cœur de la crise environnementale. Les impacts de l’usage de l’automobile viennent en contradiction avec les impératifs de préservation de l’environnement, global et local, pollution de l’air et dérèglement climatique, et de la santé. Cette situation préoccupante nous oblige à adopter une vision de moyen terme et de long terme, à examiner les limites du modèle actuel et les évolutions susceptibles de le remplacer. Tous les besoins de mobilité de nos concitoyens ne pourront jamais être totalement couverts par les transports collectifs ou le vélo, quand bien même j’en serais un fervent partisan.

La Sénatrice Fabienne Keller et moi-même avons œuvré de concours à l’élaboration de ce rapport. Pendant plus d’un an, nous avons rencontré un grand nombre d’acteurs : constructeurs (…) sociologues, etc. Le document a été validé le 15 janvier dernier à l’unanimité par les membres de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst). La mobilité est un levier majeur pour diminuer nos consommations énergétiques et nos émissions de gaz à effet de serre. Notre étude, et les préconisations dont nous l’avons assortie, ont donc pour vocation d’enrichir un futur texte de loi sur la transition énergétique.

Ce rapport évoque un monde de l’automobile en pleine mutation : quel constat global de la situation actuelle dresse-t-il ?

Notre constat est que le modèle actuel a atteint ses limites. Ces limites qui sont de trois ordres sont tout d’abord liées aux contraintes écologiques dont la perception est croissante. Elles sont également de nature économique : l’âge moyen de l’acheteur d’un véhicule neuf est aujourd’hui de 54 ans et seule la moitié des jeunes de 18 à 25 ans a le permis de conduire. Elles sont enfin liées à la conception même des véhicules. La taille de ces derniers est de moins en moins compatible avec les contraintes de stationnement des grandes villes, alors même qu’ils sont stationnés 95 % du temps. Telles que nous les utilisions, nos voitures consomment trop d’énergie, sont trop chères à acheter comme à entretenir, et nous sont inutiles la plupart du temps.

 

Parallèlement le domaine du possible s’élargit. Motorisation, taille, poids, les options techniques se multiplient alors que les nouvelles technologies de l’information et de la communication changent totalement la donne. Tout un nouvel écosystème est en train de naître, avec la multiplication de nouveaux services, comme en témoigne le développement de l’autopartage et du covoiturage.

 

En bref, je dirais que le modèle automobile est aujourd’hui face à une mutation qui peut s’apparenter à celle du passage de la machine à écrire à l’ordinateur.

Quelles mesures seraient, selon vous, les plus urgentes à mettre en œuvre ?

La mobilité énergétiquement sobre doit être un enjeu prioritaire de la transition énergétique.

Il faut raisonner en termes de complémentarité des modes de déplacement et non de concurrence, et organiser cette complémentarité pour permettre une multiplicité de choix et un usage adapté aux différents besoins. Cela passe en outre par des offres diversifiées et économes de mobilité par des dispositifs de tarification et de paiement multi-modaux, la création de hubs multimodaux, etc. Il faut également privilégier l’utilisation optimale des infrastructures existantes (ferroviaires, routières, etc) à la construction d’infrastructures nouvelles, par exemple par des voies réservées aux véhicules les plus écologiques (transports collectifs, covoiturage, voitures sobres ou à motorisation basée sur des énergies renouvelables…).
Il faut également faire évoluer le modèle automobile, en soutenant les innovations en matière de véhicules de très petite taille, faisant le lien entre 2 roues, 3 roues et 4 roues, utilisant des carburants renouvelables avec une moindre consommation et une moindre occupation de l’espace. Au-delà de ces évolutions sur le plan technique, l’un des enjeux majeurs est également la meilleure occupation des véhicules. Nous proposons donc de fixer un objectif national de 2 personnes par voiture qui soit au même niveau d’ambition que celui des 2 litres au 100 km. Co-voiturage, autopartage sont clairement des voies à privilégier.

Quels acteurs doivent être mobilisés ?

Un grand nombre d’acteurs privés et publics ont un rôle à jouer : État, collectivités locales, Union Européenne, constructeurs, transporteurs, centres de recherche, banques, assurance, gestionnaires de parking… Il découle de cette multiplicité une impérieuse nécessité de mettre un terme à l’éparpillement actuel des compétences. L’action doit être mieux coordonnée : l’Etat « stratège » doit donner de la visibilité à tout cela et créer une instance publique de pilotage des acteurs concernés.

 

Il faut également renforcer le droit à l’expérimentation des collectivités pour favoriser la mobilité sobre et partagée et mettre en place un lieu de coordination de tous les acteurs du transport, notamment les Autorités Organisatrices des Transports et les transporteurs publics, à l’échelle des territoires, pour faciliter le développement des systèmes d’information, la mise à disposition d’informations multimodales fiables et accessibles à tous, une tarification multimodale, la mise en place de dispositifs locaux favorisant la circulation et le stationnement des véhicules écologiques, ainsi que l’organisation de l’usage partagé des véhicules.

Le comportement du public indique une démythification de la voiture dite « classique » (thermique). Comment à présent favoriser les constructeurs de véhicules écologiques et les modes de transports plus doux ?

Il faut donner dès maintenant des avantages aux pionniers : fiscalité incitative aux carburants alternatifs (gaz, électricité, hybride, agrocarburants de 2ème ou 3ème génération), voies de circulation réservées en ville aux véhicules sobres ou au co-voiturage, tarification préférentielle sur les routes à péage, stationnement moins cher, etc.

 

En ce qui concerne plus particulièrement les constructeurs, nous proposons de passer à une logique de contractualisation et de conditionner les aides publiques qui soutiennent la filière au développement et à la commercialisation de véhicules plus sobres et moins polluants. Nous proposons également de mobiliser le grand emprunt et les investissements d’avenir en ce sens.

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  



Comments are closed.

Retour en haut ↑
  • Rapport sur les nouvelles mobilités

    Le rapport sur les nouvelles mobilités sereines et durables : concevoir des véhicules écologiques
  • Auditions Dieselgate

    Rapport sur les nouvelles mobilités sereines et durables - Auditions Dieselgate

  • Rapport pour la transition énergétique

    Rapport relatif à la transition énergétique
  • Sur LinkedIn


  • Sur Twitter

  • Rapport pour la transition énergétique

    Rapport relatif à la transition énergétique

  • Auditions « dieselgate ». OPECST

    Auditions dieselgate
  • Rapport sur les coûts du nucléaire

    Rapport sur les coûts du nucléaire

  • Rapport sur les nouvelles mobilités

    Le rapport sur les nouvelles mobilités sereines et durables : concevoir des véhicules écologiques

  • Sur LinkedIn


  • Sur Twitter

  • Les lettres d’informations 2012 – 2016

    Retrouver lettres infos
  • Sur LinkedIn


  • Sur Twitter

  • La 10e circonscription de Paris

    La cironscription

  • Assemblée nationale

    Lien vers l'Assemblée nationale
  • Videos